Brève histoire de Saint Paul des Fonts 12250 – Aveyron

Le Chalcolithique (-3.300 / - 2 200 av JC)

 Le Chalcolithique désigne la période de l’Holocène, figurant après le néolithique et avant l’age du bronze, où les hommes complètent l’usage d’un «outillage principalement en pierre (..) par des objets en cuivre».

 Vers 2.500 av JC, le climat, alors plus doux, plus chaud et plus humide que de nos jours, connaît un refroidissement. Le chêne cède le pas au Hêtre accompagné du Sapin qui occupe toutes les altitudes pré-montagnardes (700 – 1 100 mètres) en particulier les expositions pluvieuses, ouvertes au vent d’ouest (1). C’est à ce moment que les premiers habitants de Saint-Paul-des-Fonts donnèrent leur nom à toute une civilisation : « la civilisation du groupe des treilles » - du nom de la grotte située dans la falaise de Saint-Paul-des-Fonts et fouillée par Balsan dans les années trente (2).


          © Musée Fenaille - coll. Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron

Ces habitants sont alors de petite taille, à peine 1,63 m en moyenne pour les hommes et environ 1,50m pour les femmes ; le crâne est dolichocéphale, la musculature puissante, ils ont une face et un nez hauts et étroits. Leur squelette est robuste et leur capacité crânienne forte (3)

 Ils vivent dans des grottes qui dominent la vallée, même si depuis le début du néolithique ils disposent d’habitats de plein air. Ils emploient une vaisselle de terre cuite, des assiettes, des plats, des écuelles. Ils utilisent encore la hache polie et la faucille à dents de silex.

Ils cultivent l’orge à grain nu et des blés à grain vêtu. L’élevage dominant reste celui des chèvres et des moutons. La chasse, la pêche la cueillette des glands, des noisettes, des pommes et du genièvre ne constituent plus qu’un appoint.

 Ils inhument leurs morts dans des grottes puis sous des dolmens.

 

(1) cf. « Histoire du Rouergue », sous la direction de Henri Enjalbert et Gérard Cholvy, Ed. Privat, Ouest France, 2001, p. 14 et s.

(2) cf : Balsan, « l’ossuaire des Treilles, P.V. Soc. Let. Av. XXXII, 1938, p. 312

(3) op. cit. « Histoire du Rouergue », p. 34 et s..